Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

NAISSANCE

 

Un jorn  neischut lo monde , lo jorn apèi  la nèit

L’aiga que dansa une ronda nous aporta la vita

-Un jour naquit le monde, le jour après la nuit

L’eau qui danse une ronde nous apporte la vie.

Una flor délisiosa m’a balhat son perfum

E mon còs sedusit dambe era ne hè pas qu’un.

Une fleur exquise  m’a offert son parfum

Et ma nature éprise  avec elle ne fait qu’un.

Au miei de las flors et deus jardins ei troubat coma un escrin

De caps era me soi abrasat, eternala dins mon còr sa beutat

Au milieu des fleurs et des jardins, j’ai trouvé comme un écrin,

Vers elle je me suis embrasé, éternelle dans mon cœur sa beauté.

Coma  lo rosièr renovela sos botons qu’en florit

Vosta beutat es eternala  e cada jorns me sorits

Comme le rosier qui renouvelle ses boutons qui ont fleuri

Votre beauté est éternelle et chaque jour me sourit

........

REMEMBRA TE

Remembra te vila de la Lutz

Remembra te vila de las flors

Remembra te vila ensoleihada

Dens ta memoria as la colors

De vrioleta, bela pensada

Remembra te de tous amors

Remembra te do gai saber

Remembra te de l’arrosé

E sus lo cap son la pleiadas

Las damisèlas au tan plaser

quan torna la novel annada

E que verdéga lo laurier

...........

SYMBOLE

Le Laurier au  dieu des arts fut porté par l’Empereur César

Sous le laurier accueillait  Isaure,le lauréat le porte encore

Mais est ce qu’il a bien reverdi, je voudrais le croire aujourd’hui( bis)

Voli  vésé lo laurier,La vrioleta,  l’arrosè ( bis)

Voli vésé se verdéjons

Voli vésé se flourrissons

Se verdéjons se flourrissons

Que cantera lo quinçon

La violette est coquette , elle orne bien la tête

Et bien avant le printemps,elle va au jardin florissant

Et l’amoureux du bonheur, porte belle rose au cœur

Trois symboles pour la dame, feront rejaillir la flamme.

Voli  vésé lo laurier,La vrioleta,  l’arrosè ( bis)

Voli vésé se verdéjons

Voli vésé se flourrissons

Se verdéjons se flourrissons

Se fara bèl lo pichon

Pour accueillir sous le laurier, les plus belles de nos pensées

Et quelques beaux refrains, qui chantent dans notre tête,

Dans les jolis jardins, refleurit la violette.

Dins los polits jardins A reflorit la vriuleta.

Voli  vésé lo laurier, La vrioleta,  l’arrosè ( bis)

Voli vésé se verdéjons

Voli vésé se flourrissons

Se verdéjons se flourrissons

Me fairè una cançon

Aussi le laurier ose, s’unir à belle rose,

Afin que le poète, soit toujours de la fête.

Alavetz lo laurèr gausa,Se junher a bèla rosa,

Ende que lo poèta,Sia totjorn de la hèsta.

Voli  vésé lo laurier, La vrioleta,  l’arrosè ( bis)

Voli vésé se verdéjons

Voli vésé se flourrissons

Se verdéjons se flourrissons

Danseran den la maïson

....................

LO BETON

Den tota la contrada, lo beton que s’avança

Es qu’aquo va durar, ou calera cambiar.

Partout dans les contrées  avance le béton

Cela va-t-il durer ou bien changera t’on ?

Alavetz que hai tan bon viver, quan en al aire pur,

tot los omés se pinton, dens los endrets escurs.

Alors qu’il fait bon vivre lorsqu’on est à l’air pur

Tous les hommes s’enivrent dans des endroits obscurs

Solet en la ciutat, estrangèr me sentish

N’ai pas tranquillitat, soy tot desenlusit.

Seul dans la grande ville je me sens étranger

Et ne suis point tranquille mais tout désabusé

Quan soy al miei de las gents, soy enquèra solet

Las veituras que passont, m’amenont al la fred.

Quand je suis dans la foule je suis encore seul

Les voitures qui roulent m’amènent au linceul

Mes tan donc desbrembada, ma tan doça companha

En de ta pauc  aima, tu que eras campanha.

Mais t’a-t-on oubliée ma très douce compagne

Pour aussi peu t’aimer toi qui était campagne.

................

TRESOR

 

Est-ce que l’on se questionne sans cesse C’est quoi la richesse ?

Est-ce le pétrole et ses tourments ?  Est-ce la course pour l’argent ?

Ou est ce l’être humain ? Est-il sur la terre en chemin ?

Chaque être n’est il pas unique, à l’intérieur et dans sa tunique?

N’y a-t-il pas autant de talent sur le terre que tout ses enfants ?

Faut-il attendre que quelqu’un meure pour se rendre compte de sa valeur ?

Ne voit on pas toute la richesse? est ce que l’on ne la gaspille sans cesse?

Nosta Maire la tèrra plora, Cada cop que quauqu’un moris

Sens auger podut balhar, Çò  perque era nèishut

Alavetz perqué tuar, Riquessa d’umanitat

Notre mère Terre pleure, Chaque fois qu’un être meurt

Sans avoir pu donner Ce pourquoi il était né

Alors pourquoi tuer Richesse d’humanité.

Cadun porta un tresaur

Es lo hilh de l’Amor

Tròp soent es embarrat

Manca de libertat

Chaque être porte en soi, des richesses je crois,

Mais souvent ne le sait, car il ne se connaît,

Il arrive un beau jour, par un geste d’amour,

Puis il est refoulé et se trouve enfermé.

 

On veut lui apprendre à vivre, on lui dit comment dire,

On lui dit comment faire, on ferait mieux de se taire .

Car au lieu de l’aider, au lieu de respecter,

Le fond de sa nature, on lui fait des blessures .

 

On grave au fond de lui, bien plus que des soucis,

On lui attache des chaînes, faisant surgir la haine .

Chaque être porte en soi, des richesses je crois,

Il suffit de trouver, un peu de liberté .

 

..........

BUFFARA / Ressoufflera (texte primé aux jeux floraux en 2011)

 

A la fois Français et Occitan, j’avais au fond du cœur un tourment

En deux mille neuf cela faisait huit cent ans, que blessés dans l’honneur furent les Occitans,

Ici furent combattant pendant trente cinq ans, pour une erreur de jugement.

Du vaincu au vainqueur tous les deux sont perdants, de ne point partager le meilleur du moment.

A Monségur, suis allé méditer un printemps et l’esprit en retour m’a parlé ardemment

Alors j’ai prêté l’oreille au vent, j’ai entendu comme un chuchotement :

Une blessure ne peut se refermer complètement, que si l’on peut pardonner simplement

Et voici un récit maintenant

 

Vos avem perdonat e sen partits en patz

Nous avons pardonné, sommes partis en paix,

Tant pièg per lo mesprètz , tant pièg per nòstre sòrt

Ambè jorns de respièit , avèm amagat tresaurs

Tant pis pour le mépris, Tant pis pour notre sort,

Avec jours de répits, avons caché trésors,

Avèm amagat escrits, la colomba e l’aur

Avons caché écrits, la colombe et l’or.

Un jorn sia’ aquesit, la color de l’aurora

Bufarà l’espérit, l’esperit es pas mort

Un jour sera repris, la couleur de l’aurore,

Ressoufflera l’esprit, notre esprit n’est pas mort!

 

Al cap de uèit cents ans. quan tornarà lo moment

Quan vendrà la sason, de novèla orason

Au bout de huit cents ans,quand viendra le moment,

Quand viendra la saison, de nouvelle oraison,

Lo temps de plan comprene,  q’amor es bon a prene

Naisserà novèl temps de respècte, de partiment

Le temps de bien comprendre, qu’Amour est bon à prendre,

Naîtra le nouvel âge,du respect, du partage,

Devisa de totjorn, dels cantorals, troubadors

Per cantar poësia, per de novèls escrits

Devise de toujours, des chantres, troubadours,

Pour chanter poésie, pour de nouveaux écrits.

Alors enfin content

De cette denrée rare

De retrouver l’esprit cathare

D’être dans l’entendement

Fini les jugements.

.................................

REUSSIR

Suis ton petit chemin,

Pense à ton avenir,

L’avenir t’appartient.

Celui qui a trop peur de tomber sur la route,

N’accède au bonheur, Il a en lui le doute.

Si  quières salir bien

Sigué tu caminito,

Piensa en tu futuro

El futuro es tuyo.

Celui qui sait construire, faire des propositions,

Plutôt que de maudire, prend des dispositions.

If you want to succeed

Follow your little road

Think about your future

Your future belongs to you

Celui qui sait agir, cela est fort notoire,

Plutôt que de languir, atteint toujours la gloire.

Dins la vita sé vos arriba,

Que n’as qu’à sieguer ton camin,

Ton avenir n’as qu’a pensar,

Que t’aparten ton avenir.

………………

REVOLUTION

 

Es que la revolucion pas en armas mes en pensadas

Aména revelacion dempuei longtemps anonçada?

Est ce que la révolution, non pas en armes, mais des pensées,

Nous amène révélation,  depuis longtemps annoncée ?

Apocalipsi per quauques-uns a modificat lo destin

Cream ensemble lo novel monde que la pensada d’Amor inonda

L’Apocalypse pour certains, a modifié le destin,

Créons ensemble le nouveau monde, que la pensée d’Amour inonde.

Allons enfants de la patrie,

Le jour de gloire est arrivé,

Intolérance et tyrannie,

Maintenant contre, s’élever,

Entendez-vous dans nos campagnes monter cette musique là :

Amour richesse plein les bras, aurons pour nos fils nos compagnes ?

Amour sacré de la patrie, Conduis, soutiens nos bras vainqueurs,

Liberté, liberté chérie, tu nous rempliras de bonheur !

Il n’y a pas d’autre victoire, que celle de la fraternité,

Rimant avec égalité, et liberté pour notre gloire.

Las larmas ciutadan, contra batalham,

Caminam !  caminam !

e tot ensemble canteran

Aujourd’hui pour faire carrière, c’est l’amitié qui paie le plus,

Et pour ne rester en arrière, Je veux copier cette vertu !

En me levant je veux sourire, ne pas demeurer sur le seuil,

Relever le voile de mon œil, chanter, danser et enfin vivre !

....................

PRIERE

Puisse la Tendresse de nos Désirs Ouvrir nos Coeurs au Partage...

Puisse le Bonheur et le Plaisir S'offrir à Tous en héritage...

Puisse notre beauté intérieure, Refléter toujours le meilleur

Puisse le chant de l’Etre, Se refléter au paraître.

Posque noste beutat interiora  rebàter totjorn lo mílhor

Posque lo cant de l’estar se rebàte as paréisher.

Puisse la Beauté de nos Errances Emerveiller notre Regard...

En raviver toute sa Brillance Que jamais il ne soit trop tard !

Puisse nos différences, enrichir notre humanité

Et qu’une simple danse, Devienne œuvre de beauté.

Posque noste diferéncia , enriquir nosta umanitat,

E qu’una simpla dança devenga òbra  de beutat.

Puisse la Mélodie d'un Sourire Ouvrir la Porte à nos Silences...

Qu'en Paix nous puissions Accueillir La Vie, dans toute sa Bienveillance.

Puisse une grande ronde, fasse le tour de la terre

Afin que le vieux monde, Découvre tout le mystère

Posque una granda ronda hasqué l’entorn de la tèrra

Ende que lo vielh mond, descobri  tot  lo mistèri.

Puisse l'Enseignement de nos erreurs Brûler en nous toute paresse

Et la douleur de nos blessures Guider nos pas vers la Sagesse...

Puisse une nouvelle ère, sortir de nos entrailles,

Et  toutes les colères, bruler comme fétu de paille

Posque una novèla èra,sortir de noste entralhas,

E totas las colèras, cremar coma  brigalh de palha

Posque  s’acaba las guèrras,de se bàter aren ne vàler

Puissent cesser les guerres, de se battre, il n’y a rien qui vaille (bis)

Puisse la Tendresse de nos Espoirs Inspirer leurs formes aux Nuages

Et puisse la Caresse de nos Souffles Offrir le Vent aux Paysages...

Puisse toute la terre Devenir un grand jardin

Afin que toutes les mères offrent sourire au lendemain.

Posque tota la tèra devéenguer un gran casau

Ende que totas las maires aufrissen sorríser en lendoman

Puissent les Saveurs de l'Arc en Ciel Esquisser nos plus belles toiles

Que nous puissions ouvrir  nos Ailes...Entendre le Chant des Etoiles.

Puisse le firmament Emporter tout les tourments

Puisse  le mot Amour Etre chanté et pour toujours

Posque lo capa deu cèu s’emportar tots los torments

Posque lo mot Amor, este cantat per totjorn

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Charlou Cantoral
  • Le blog de Charlou Cantoral
  • : Artiste du spectacle, Auteur compositeur interprète, une voix occitane, Conteur, Poète.
  • Contact

Recherche

Archives

Articles Récents

Catégories